NÉGOCIER VOTRE SALAIRE


Passés les entretiens qui vous ont permis de convaincre l’entreprise que vous correspondez au poste à pourvoir, vous voilà prêt à négocier votre rémunération. Nous vous proposons d’analyser quand et comment négocier votre salaire.

QUAND NÉGOCIER SON SALAIRE ?

Ce n’est que lorsque vous serez convaincu, tout comme l’entreprise, que ce nouveau poste entre dans la logique de votre évolution professionnelle et/ou personnelle, que vous pourrez alors « parler rémunération ». Elle ne doit pas pour autant constituer l’unique motivation au changement d’entreprise : cela créerait un rapport biaisé avec votre futur employeur.

COMMENT NÉGOCIER SON SALAIRE ?

Comment calculer la bonne rémunération ?
Prenez votre rémunération actuelle en compte = salaire brut fixe annuel + éléments variables (commissions, bonus) + avantages (intéressement, participation, mutuelle, retraite, PEE…) + avantages en nature (voiture, logement…). Appliquez ensuite une augmentation de 10 à 20%. N’hésitez pas à vérifier que vos prétentions sont dans les prix du marché.

QUI NEGOCIE ?

Avec un cabinet de recrutement chasseur de tête : discutez-en avec le consultant, spécialiste de votre marché. Le cabinet est votre partenaire : il est là pour qu’un accord soit trouvé au mieux pour vous et votre futur employeur. 
Sans cabinet : comme dans toute négociation, une démarche habile consiste à laisser l’autre aborder le sujet en premier. Préparez votre réponse et reliez-là à ce que vous pouvez apporter (et surtout « rapporter ») à l’entreprise. Ne trichez pas à propos de votre rémunération actuelle ! Vous risquez de rompre une confiance indispensable à toute entrée en relation professionnelle.

5 FAÇONS DE NÉGOCIER SON SALAIRE AVEC SUCCÈS

Dans le processus de recherche d'emploi, nombreux sont ceux qui sont impressionnés par les entretiens. Mais, pour certains, l’étape la plus angoissante reste la négociation salariale.
Parler d'argent est quelque chose qui peut mettre mal à l’aise même les plus confiants. Cette étape peut être abordée sereinement, pour peu qu’on sache comment s’y prendre et avoir des idées claires sur ce que l’on veut réellement.

D’abord avant de commencer à discuter une offre d’emploi ou d’un niveau de salaire, il faut calibrer ses attentes de manière réaliste. Ceux qui demandent trop peuvent donner l'impression qu'ils ne comprennent pas le marché et au final se retrouvent déçus. D'autre part, se positionner trop bas n’est pas non plus une bonne option.

Alors, quelle est la clé d’une bonne négociation ? 
Voici cinq conseils pour vous aider à comprendre votre valeur et négocier en confiance :

1. Faites quelques recherches. Il existe un grand nombre d'enquêtes sur les salaires qui sont en libre accès sur Internet : les associations professionnelles, l’APEC, les sites Web des entreprises dans la partie ressources humaines… Vous pouvez aussi étudier les offres d’emploi Net et papier. Vous pouvez ainsi souvent vous faire une idée de l’échelle salariale que les sociétés sont prêtes à offrir pour ce type de poste.

2. Soyez réaliste quant à votre expérience. Vous devez être honnête avec vous sur ce que vous pouvez et ne pouvez pas faire. Par exemple, vous pouvez être tenté(e) de postuler pour un emploi qui offre un salaire 70 000 €, même si vous ne répondez pas aux exigences du poste. La meilleure façon d'être réaliste sur ce que vous pouvez faire est d'être réaliste sur les compétences que vous pouvez proposer.

3. Soyez prudent(e) quant à la désinformation. Certaines annonces ou publicités peuvent donner un faux espoir aux demandeurs d'emploi quant au salaire et aux perspectives offertes. Par exemple, les publicités de formation qui promettent que leurs diplômés peuvent accéder à un certain niveau de salaire s'avèrent souvent être rarement atteint ou très surévalué. L'essentiel est de ne pas toujours prendre pour vrai tout ce que vous entendez ou lisez. Apprenez à connaître où se trouve la norme.

4. Voyez large. Analysez l’offre d’emploi dans sa globalité : ne vous arrêtez pas sur un point précis en particulier la rémunération. Le seul vrai point sur lequel il faut se focaliser est : « est-ce que ce poste est bon pour moi ? »
Il y a tellement de choses à considérer lors de la prise d'un nouvel emploi. De la culture de l'entreprise à savoir si la fonction représente un réel challenge, vous avez besoin de tout mettre dans la balance. La rémunération est importante et elle doit être raisonnable et juste, mais se concentrer sur la seule rémunération est une mauvaise façon de gérer ses changements.

5. Soyez méthodique dans votre prise de décision. Utilisez une liste simple. Sur un morceau de papier, écrivez toutes les points qui sont importantes pour vous dans l'ordre de leur importance. Alors que l’argent est souvent roi pour la plupart des candidats, un trajet plus court et une bonne mutuelle peuvent compter plus que quelque Euros supplémentaires ! Ou peut-être que vous seriez prêt(e) à échanger quelques milliers d’Euros pour plus de temps de vacances ! 
Le fait d’avoir la connaissance de vos attentes, de vos besoins et du marché vous donnera la confiance nécessaire pour négocier efficacement. Écrivez votre souhait de rémunération et les avantages que vous désirez le plus. Soyez prêt(e) à jouer serré, mais donnez-vous une petite marge de manœuvre.

Le temps de la négociation

Le temps de la négociation salariale intervient quand tous les entretiens ont été positifs du côté de l'employeur et que de votre côté vous vous projetez complètement dans le poste dans cette entreprise. Repositionnez les éléments qui font que cela doit aboutir : pourquoi doivent-ils vous recruter pour le poste et pourquoi vous devez saisir cette opportunité. Plus vous aurez été brillant en entretien, plus la proposition devrait être élevée, on a finalement ce qu'on mérite ! L'augmentation doit se mesurer en bénéfices pour vous sur 3 volets : le salaire, la fonction, la qualité de l'employeur. Si vous faites un saut important en responsabilité, vous accepterez une moindre progression de salaire. S’il n'y a pas de gap sur la fonction et la qualité de l'employeur, là il faudra vous poser la question de changer et vous pourrez vous positionner sur la fourchette haute (15%).

Technique de négociation

On est encore loin de l'accord rêvé ? Proposez d'abord que chacun fasse un geste pour se rapprocher. Puis jouez sur les à-côtés : variable garanti en année 1, voiture de fonction, prime exceptionnelle à l'atteinte des objectifs année 1, welcome bonus (de plus en plus rare), révision de salaire à la confirmation ou à date anniversaire. Ce que les entreprises rechignent à faire c'est de payer pour voir, vos propositions doivent porter sur des primes liées à vos performances futures. Vous montrerez ainsi que vous avez confiance en vous et en ce que vous pouvez apporter à l'entreprise.

Sachez qu'en vous positionnant haut sur une rémunération, vous créez une attente forte et donc une pression induite (j'en veux pour mon argent !). Pas toujours facile à vivre ensuite et potentiellement dangereux à terme lors d'une baisse de performance de l'entreprise ou une année moins favorable dans votre activité...

Création : [Y]

Paramétrages de cookies

×

Cookies fonctionnels

Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement et ne peuvent pas être désactivés de nos systèmes. Nous ne les utilisons pas à des fins publicitaires. Si ces cookies sont bloqués, certaines parties du site ne pourront pas fonctionner.

Mesure d'audience

Ce site utilise des cookies de mesure et d’analyse d’audience, tels que Google Analytics et Google Ads, afin d’évaluer et d’améliorer notre site internet.

Contenus interactifs

Ce site utilise des composants tiers, tels que ReCAPTCHA, Google Maps, MailChimp ou Calameo, qui peuvent déposer des cookies sur votre machine. Si vous décider de bloquer un composant, le contenu ne s’affichera pas

Réseaux sociaux/Vidéos

Des plug-ins de réseaux sociaux et de vidéos, qui exploitent des cookies, sont présents sur ce site web. Ils permettent d’améliorer la convivialité et la promotion du site grâce à différentes interactions sociales.

    Autres cookies

    Ce CMS utilise un certain nombre de cookies pour gérer par exemple les sessions utilisateurs.

    Activation